La petite tribu du 01

La petite tribu du 01

Défi d'octobre 2013


Halloween ou non?

Nous voici au dernier jour du défi proposé par Stéphanie d'entre deux tasses de café.

Et en ce 31 octobre, la question est d'actualité: Halloween, vous aimez?

En France, ce n'est pas trop répandu. Parmi les arguments souvent sortis, il y a le fait que ce soit (soit-disant) une fête américaine, commerciale qui plus est. Et pourtant... La fête est originaire des Celtes, qui vivaient en Europe (Ecosse, Irlande et France notamment), et existait sous le nom de Samain célébrée pour fêter la nouvelle année.

Quand aux citrouilles, elles sont originaires d'une légendes irlandaise: celle de Jack'o Lantern.

Enfin bref, tout a pour dire que moi j'aime bien. C'est l'occasion de décorer la maison, de jouer à se faire peur. Et les enfants qui se déguisent et font le tour du quartier pour avoir des bonbons, ou vont à la fête organisée dans les petits villages ou les parcs d'attractions, avec concours du meilleur déguisement.

Les années précédentes, on se réunissaient avec nos voisins les plus proches. Une partie de nous faisaient faire le tour de la résidence aux enfants déguisés, pendant que les autres préparaient l'apéro. Puis on passait la soirée ensemble. L'an dernier, nous avons emmené les enfants (déguisés, bien sûr) au fast-food, avant de les emmener dans un parc d'attractions in-door jouer et participer au concours de déguisements, avant de rentrer faire la tournée et partager un apéro dinatoire.

Mais cette année, Halloween a un goût amer. Avec le déménagement, plus de tournée dans la résidence avec la dizaine de gamins, avant de partager le verre de l'amitié. Je pensais au moins emmener les enfants dans le parc d'attractions, s'amuser et faire le concours. Mais en fin de compte, je n'ai que Tétine et Alex. Tétine ne se rend pas encore vraiment compte (contrairement à Noël), et Alex a commencé à passer l'âge des structures gonflables. En plus, Nounours rentre seulement dans la nuit.

Alors ce sera séance avec l'éducatrice canine pour Nala, et voilà. On prendra peut-être à manger au drive, et Alex pourra regarder la télé si il veut ("un indien dans la ville", "Volt, star malgré lui", "Kung-fu panda", "l'étrange pouvoir de Norman" ou "Hocus Pocus", il a le choix). Mais ce ne sera pas comme avant.

image-du-dc3a9fi-doctobre.png


31/10/2013
0 Poster un commentaire

20 petites choses sur moi

Le défi touche à sa fin ce soir, plus qu'un billet.

Il me reste à rattraper celui du 6 octobre, pour que vous connaissiez des petits détails sur moi.

1. Mon boulot est bien, mais ce n'est pas une vocation. Je voulais travailler avec des enfants (pédiatre ou profs des écoles). Mais je ne désespère pas.

2. Mes parents (enfin, ma mère et mon vrai père) ont divorcé quand j'étais bébé. Celui que j'appelle papa est en fait le second mari de ma mère, mon papa de coeur, qui m'a adopté il y a 3 ans.

3. Je ne supporte pas les alcooliques. On a beau me dire qu'ils sont malades, je trouve qu'en disant a on leur trouve des excuses pour leurs mauvais comportements, et je ne le tolère pas. Rapport à mon histoire.

4. L'enfer de la dépression, je connais. L'anorexie aussi. Je n'ai pas eu d'adolescence normale à cause de ces deux maladies.

5. Plus jeune, je me voyais à 35 ans mariée, avec 6 enfants, dans une grande maison avec un jardin et un chien, et un boulot que j'adorais. A 30 ans, j'y suis presque. Quand le rêve devient réalité...

6. En parlant de mon rêve, j'ai un chien comme je le voulais. Vous le savez déjà? Je peux vous dire que beaucoup de personnes dans nos familles (y compris certains de nos enfants) ne le savent pas encore. Et ça va critiquer...

7. Je dors très mal quand Nounours est pas là. On pourrait penser que je suis habituée depuis le temps. Mais non.

8. J'ai peur de ce que les gens pensent de moi. Alors je souris en société, même quand je veux pleurer. Je vante le parcours scolaire d'Alex, plutôt que de me plaindre de l'enfer qu'il me fait vivre avec sa crise d'ado et son problème avec l'autorité. J'ai beaucoup de mal à me lier, à cause de ma peur d'être jugée. Alors je reste seule. Mais quand je tiens à quelqu'un (amour ou amitié), c'est pour longtemps.

9. Pour chacun de mes enfants, je me retrouvais avec une liste de plus de 50 prénoms, et on galérais pour se mettre d'accord. C'est pour ça que chacun a deux prénoms: le deuxième est en fait le préféré de celui qui n'a pas eu le dernier mot.

10. Je ne sais pas cuisiner. Le comble pour une maman de famille nombreuse... Ma mère ne m'a jamais appris, et ne me laissais pas plus que ça rentrer dans la cuisine.

11. J'aime tout planifier. En même temps, je n'aurais pas été contre une fête surprise pour mes 30 ans. Mais ce n'est pas le genre de Nounours.

12. En parlant de mes 30 ans, j'ai du mal à passer le cap. J'ai l'impression qu'il me manque une partie de ma vie. A l'adolescence, j'étais malade, et donc forcément, l'insouciance des 16 ans, je n'ai pas connu. Et quand c'est allé mieux, je suis devenue maman. J'ai l'impression d'être passé d'enfant à adulte, sans transition, et qu'il y a un trou dans ma vie.

13. Je me ronge les ongles. Et les peaux mortes vers les ongles. J'aimerais avoir de beaux ongles, manucurés. J'ai d'ailleurs plein de vernis et de tatoo à ongles. Mais je n'y arrive pas. Si vous avez des techniques...

14. Je suis jalouse. Je sais que c'est parce que j'ai pas confiance en moi, mais ça résout pas le problème.

15. J'adore les nouvelles technologies. Internet par exemple. Si on sait chercher, on peut trouver plein de trucs.

16. Je ne sais pas me faire obéir.

17. Je n'aime pas mon corps. Et comme je ne l'aime pas, je ne sais pas le mettre en valeur.

18. Je suis frileuse. Je suis capable de dormir avec la couette en plein été.

19. Je n'aime pas les conflits. Rapport au numéro 20

20. J'appréhende Noël. Chez nous, cela ne ressemble plus vraiment à une fête de famille. On le fait le 24 au soir, avec ouverture des cadeaux pendant l'apéro (allez expliquer aux enfants que le Père Noël passe pendant qu'on se met sur son 31). Les enfants devraient rester à table pendant le repas (ça fait longtemps que je les laisse aller jouer avec leurs cadeaux, malgré les critiques de ma famille). Et le 25 au matin, on s'en prend plein la tête car: il y en a une qui a pleuré la nuit, ils se sont réveillés trop tôt (bah oui, à 7h30 le matin de Noël, ils sont tous debout).
Ces dernières années, on avait trouvé la parade en rentrant dormir chez nous (30mn de route, je conduisais), et les enfants trouvaient nos cadeaux sous le sapin le 25 au matin. Mais on habite désormais trop loin pour faire ça. Ma grand-mère veut absolument qu'on descende ("vous avez qu'à prendre sur vous pour les réflexions", en période de Noël, non merci), Nounours ne veut absolument pas y aller. Et moi? Je pensais y aller le 25 à midi. Comme ça on ne dormirait pas là bas, les enfants pourraient ouvrir leurs cadeaux sous le sapin, et le Père Noël reprendrait enfin ses horaires de nuit. En plus, maintenant on a l'excuse qu'on ne peut pas dormir là-bas à cause de la chienne qu'il ne faut pas laisser trop longtemps seule. Mais ma solution ne convient à personne. Alors je n'en parle pas. J'évite les appels de ma grand-mère. Je n'ai même pas envie de décorer la maison.

image-du-dc3a9fi-doctobre.png


31/10/2013
5 Poster un commentaire

And the top of the mois d'octobre 2013 is...

Chaque mois a son pire et son meilleur moment. Dans le défi, aujourd'hui, on doit dire quel est le meilleur moment.

C'est sans aucun doute quand nous avons pris la décision d'adopter un chien. Ca fait un moment qu'on y pensait. mais tant qu'on était en appartement, c'était hors de question, et les premiers mois ici, on avait autre chose à faire: finir l'aménagement, prendre nos marques, ma reprise du boulot... Maintenant que tout est calé, on s'est dit que c'était le bon moment

Oui ce sera des frais supplémentaires: vétérinaire, école de dressage, nourriture, jouets...
Oui il faudra le sortir, jouer avec...

Mais c'est une boule d'amour, un chien de garde, et surtout une compagnie.

Il n'est pas encore à la maison. On n'est pas très arrêté sur ce qu'on veut, bien que l'on est déjà quelques critères:

Nous ne voulons pas de petit chien: les yorkhires et chihuahua, très peu pour nous.

Nous voulons une femelle, de moins d'un an. Afin de pouvoir l'éduquer correctement, et l'habituer aux enfants, à notre mode de vie...

Nous ne voulons pas un pur race: il est hors de question de payer une fortune pour un animal. Nous préférons mettre cet argent dans son éducation, ses soins, sa nourriture... Donc pas plus de 100 euros, 250 si elle est pucée et vaccinée.

Et bien entendu, nous cherchons des races qui s'entendent bien avec les enfants: croisés golden retriever, labrador, border collie...

Ce week-end, on en a discuté sérieusement. Et hier, j'ai trouvé la petite boule de poils qui vient vivre avec nous. Demain, on voit l'éducatrice pour sa séance d'évaluation, et elle voit le vétérinaire dans 15 jours pour les vaccins et la puce.

Nala est parmi nous...

image-du-dc3a9fi-doctobre.png


30/10/2013
0 Poster un commentaire

Art ou sport?

Stéphanie nous demande aujourd'hui si nous sommes plutôt art ou sport

A vrai dire, je suis un peu les deux.

Adolescente, je cumulais les heures de sport dans la semaine: outre l'EPS au lycée, je faisais de la gym aux agrès à l'association sportive du lycée, du judo, de la gymnastique rythmique. J'ai après arrêté le judo, pour doubler mes entrainements de GR.
Puis j'ai grandi, j'ai déménagée, je suis devenue maman... Bref, je me suis éloignée du sport à outrance. Mais dès que j'ai eu l'occasion, j'ai repris la GR, et en plus j'initiais les petites. Nouveau déménagement, nouveau boulot, puis nouvelle grossesse... Bref, pour l'instant je ne fais plus de sport. Mais si l'an prochain mon organisation, mon boulot et les horaires d'entrainement me le permettent, je ferais bien de la zumba.

Et ce qui est des arts, il me semble que la musique et le chant en font partie, non?image-du-dc3a9fi-doctobre.png


29/10/2013
1 Poster un commentaire

Ce qui m'aide à me sentir mieux

On a tous des moments où on déprime, où on se sent nulle, où on se dit qu'on a loupé quelque chose.

Chacun gère ce coup de déprime à sa manière, et une fois qu'on sait comment se remonter le moral, on aborde plus sereinement ce coup de mou.

Pour ma part, je vous ai déjà dit que j'adorais le chant. Ca m'aide à vider la tête. Une chanson que j'adore, ou qui parle de choses que je traverse, et je vide mon sac en musique. Le chant m'a sauvé à l'époque, et même si je ne monte plus sur scène, il me fait toujours du bien.

Comme toute mère, un calin de mes enfants, un bisou, un geste qui me montre qu'ils sont là, ça me fait du bien.

Et puis, il y a mon homme, l'amour de ma vie, mon Nounours. Je ne le vois pas assez souvent à mon goût. On se dispute de temps en temps, comme tous les couples. Mais on a surmonté des épreuves plus hautes que l'Everest. Et nous sommes toujours là, ensemble.
Alors quand je vais mal, pouvoir me blottir dans ses bras, pleurer toutes les larmes de mon corps pendant qu'il me caresse les cheveux... Après je peux tout affronter.

image-du-dc3a9fi-doctobre.png


28/10/2013
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser